Fitness Life Style

Pourquoi j’ai faim

18 décembre 2017

On a tous dans notre entourage un(e) ami(e) qui affiche une silhouette de rêve malgré une alimentation pour le moins catastrophique : pizzas à gogo, bonbecs, pâtisseries… Bref, pour ces gens-là, le slogan « éviter de manger trop gras, trop sucré, trop salé » n’a aucun sens. Évidemment, ils crament directement tout ce qu’ils mangent, alors que nous, on économise notre énergie et on stocke. Et pour nous, rien que regarder « le meilleur pâtissier » sur M6, ça nous fait prendre 10 kilosVDM.

Ça ne va pas vous faire plaisir, mais vous, moi, nous tous, simples mortels, nous ne pouvons absolument rien y changer. Notre organisme possède un poids physiologique. Comme l’explique le docteur Marie Thirion (aucun lien avec Game of Thrones !) dans son livre Pourquoi j’ai faim, ce repère physiologique est appelé set point et va dépendre de 4 axes : la génétique, l’épigénétique, le conditionnement pendant l’enfance et l’adaptation à l’environnement.

Vive la génétique…

Vous pouvez donc officiellement hurler votre haine à vos proches car, toujours selon le docteur Thirion, « Nous héritons globalement de la silhouette de l’un de nos parents et évoluons comme lui. » Et ce, grâce aux 40 gènes impliqués dans le mécanisme de stockage des calories. Vous avez dit « Vive la génétique » ?

De plus, il a été démontré que nous possédons tous en nous un gène dit « économe » ou gène d’épargne, qui témoigne des périodes de famine de nos ancêtres et qui favoriserait le stockage de graisses. Ce stockage permet ensuite d’apporter l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme en attendant de trouver de nouvelles sources de nourriture.
Certes, nous ne vivons plus dans la crainte de ne pas trouver à manger, donc ce gène n’a plus vraiment sa place dans notre petit corps, mais les gènes évoluent lentement et il est toujours là. Il serait d’ailleurs l’une des causes du surpoids et de l’obésité.

Qu’en est-il de l’épigénétique ?

Tout d’abord, qu’est-ce que l’épigénétique ? Il s’agit de la transmission à notre descendance des caractères acquis. Il a été démonté qu’un fœtus en sous-nutrition avait plus de risques de devenir obèse. Eh oui, privé de nourriture pendant la grossesse, le nourrisson se trouvera finalement en situation d’abondance alimentaire, mangera tant qu’il pourra, et finira en surpoids.

Il en va de même pour les mères obèses, qui s’alimentent excessivement pendant leur grossesse. Celles-ci, sans le savoir, sont en train de créer un futur adulte en fort surpoids. C’est ce qui explique en partie le surpoids des américains, car aux États-Unis, 50% des femmes enceintes sont obèses.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous laisser comme ça. L’épigénétique, c’est aussi avoir le pouvoir de faire changer les choses, une raison de plus pour prendre soin de soi et s’alimenter de manière raisonnée et raisonnable.

Par exemple, toutes les abeilles à la naissance sont toutes les mêmes larves, d’un point de vue génétique. Mais si une de ces larves est nourrie exclusivement de gelée royale, elle deviendra reine alors que nourrie de miel, elle demeurera ouvrière. C’est donc l’alimentation reçu qui va déterminer le développement génétique de la petite abeille.

C’est pourquoi, avoir une bonne hygiène de vie et manger sainement est si important.

Finis ton assiette…

Dans Pourquoi j’ai faim, le docteur Thirion nous explique que nous sommes aussi le reflet de notre conditionnement dès l’enfance, et même dans le petit bidou de maman.
Qui n’a jamais entendu « finis ton assiette, sinon tu n’auras pas de dessert ! » ou bien « tu ne sortiras pas de table avant d’avoir tout fini ! » ? Rien qu’en écrivant ces formules magiquement mortelles, je suis déjà repue…
Eh oui, ces simples phrases nous conditionnent à être de bons petits soldats, gloutons et dépourvus de la sensation de satiété. Mais si, tu sais, c’est le truc qui te dit que tu n’as plus faim… Non, tu ne vois pas ? Ben voilà !

Alors mes petites pistaches, pour comprendre un peu mieux « pourquoi vous » et pourquoi d’autres font moins d’efforts que vous pour le même résultat, je vous conseille la lecture de Pourquoi j’ai faim du docteur Marie Thirion.

Conclusion

Ne vous acharnez pas à vouloir absolument un corps qui n’est pas compris dans vos options de base. Arrêtez de vous faire du mal en enviant les abdos sculptés de telle ou telle fit girl et autres Apollons d’Instagram. Vous pouvez essayer, recommencer, insister mais au bout du compte, vous n’arriverez qu’à vous rendre malade et peut être même « crasher votre métabolisme ».

Alors, vous n’avez peut être pas le SIX PACK apparent, mais vous avez un ventre plat qui vous permet d’être ce que vous êtes et surtout de rester en bonne santé. Barbie Fit a simplement de la chance d’avoir eu toutes les options de base dès le berceau.

Progresser à son rythme, être fier de trouver la volonté de se bouger de son canapé pour être bien dans son corps et dans sa tête, c’est bien ça le plus important vous ne pensez-pas ?

coach-sportif-besancon-banniere-2
coach-sportif-besancon-banniere-1

Vous pourriez aussi aimer

0 Commentaire

Écrire un commentaire